French

Comment séduire un peintre

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Anal

Comment séduire un peintreJe ne vais pas vous mentir, je suis nul en ce qui concerne le bricolage et les travaux domestiques. Le résultat est que cela nous coûte cher lorsque nous décidons de faire des transformations (tapissage, peinture, électricité, plomberie, …).Mais certaines fois il y a quelques avantages.Voici l’histoire qui s’est déroulée en avril 2015.Moi:Nous avions décidé de changer de mobilier pour notre living. Après de multiples passages chez différents marchands, nous nous étions enfin décidés. Adieu le contemporain et bonjour le moderne. Seul hic, nos murs n’étaient plus en adéquation avec nos nouveaux meubles.Après avoir hésité, nous avons opté pour du gris et du rouge. Le rouge pour le grand mur et du gris pour le reste. J’ai pris contact avec le peintre (monsieur R) qui était venu 3 ans auparavant et qui nous avait donné entière satisfaction.Il me répondit que il n’exerçait plus, qu’il avait cessé toutes activité depuis le départ de son ouvrier qui s’était mis à son compte. Il me proposa même de me donner ses coordonnées.Tout ça ne me plaisait pas, j’avais vu son ouvrier travailler et il n’était ni très courageux ni soigneux. A force d’insistance, je suis parvenu à ce que monsieur R vienne faire les travaux. Mais ce serait sans facture, en black me dit-il. Perso je m’en fichais, l’important était que ce soit bien fait.Ma chérie était ravie que monsieur R aie accepté, ils avaient fort sympathisé (amicalement !) l’autre fois.Et le lendemain monsieur R vint chez nous avec sa palette de couleurs pour nous aider à choisir les tons exacts tellement il existe des variétés de rouge et de gris.Alors que nous choisissions parmi ses propositions, ma chérie proposa de nous servir une boisson.La coquine était toujours vêtue de la même manière que le matin lorsqu’elle s’était rendue au travail, une petite jupe raisonnable et un sweat qui portait l’inscription “LOVE”.Rien d’extravagant qui pouvait alerter le cochon qui sommeille en tout homme.Mais monsieur R ne la quittait pas du regard. Où plutôt ne quittait pas ses jambes qu’il dévorait véritablement.Je suis comme je suis, toujours sur le “qui-vive”, cela ne m’a pas échappé.Choix des couleurs fait, date fixée pour le travail et bière terminée, monsieur R s’en est allé.Un peu plus tard j’ai signalé à ma chérie que monsieur R semblait la trouver à son goût, elle me répondit qu’elle le savait, que déjà il y a 3 ans il n’avait eu de cesse de la mater.A ma question de savoir pourquoi elle ne m’en avait pas parlé à l’époque, elle m’a répondu que: “vu que tu venais de perdre ton emploi, tu n’étais pas très réceptif à cette période-là”.Elle avait raison, la perte de mon emploi précédent m’avait miné le moral durant plusieurs semaines. Chose idiote car maintenant je suis on ne peut plus heureux dans mes nouvelles fonctions.Bref, j’ai continué sur le sujet qui m’intéressait, à savoir l’attirance de monsieur R pour ma chérie.- T’avait-il fait des remarques, des sous-entendus ou tout autre paroles qui semblaient être de la drague ?Elle ne se souvenait plus vraiment, si ce n’est qu’il lui avait sorti la banalité “votre mari a de la chance d’avoir une aussi jolie femme telle que vous” (ce style de compliment elle ne l’oublie jamais, toutes les mêmes 🙂 ).- Et tu n’avais pas eu envie de jouer avec lui ? Ai-je poursuivi.- Oui et non, ton état m’en a dissuadé.- Et maintenant, tu aimerais avoir un moment coquin avec monsieur R ?- Le fait qu’il me mate et qu’il m’aie complimenté il y a 3 ans ne veut rien dire avec certitude, peut-être est-il comme beaucoup, mateur et dragueur qui n’ont pas envie de plus, a-t-elle dit.J’ai réfléchi quelques illegal bahis instants puis j’ai repris:- Je te propose d’être seule avec lui durant un des jours où il viendra, il te suffira de te comporter comme tu le fais si bien quand tu en as envie.Ainsi fut dit.Il y avait maintenant 2 jours que monsieur R avait débuté les travaux, le plafonnage des murs terminé il allait pouvoir les peindre.- Je serai là demain vers 08 h 00 dit-il, cela ne vous dérange pas ?- Pas du tout avons-nous répondu, nous sommes pressés de voir le résultat final.Le lendemain, un samedi, il arriva à l’heure précise. Déjà j’avais pris ma douche et finissais mon petit-déjeuner car j’avais prévu une journée à Bruxelles avec un ami. Cette journée avait un double but: 1) passer une journée avec mon pote, ce que nous n’avions plus fait depuis longtemps. 2) laisser ma chérie seule avec monsieur R.Quand ma chérie se leva, monsieur R était déjà au living et préparait ses seaux et ses pinceaux.Ce n’était pas prévu, mais elle était simplement vêtue d’un long T-shirt m’appartenant et d’une petite culotte. Monsieur R la salua avec politesse et continua ses préparatifs, il faut savoir que j’étais encore présent.10 minutes plus tard mon copain a klaxonné et j’ai donné un bisou d’au revoir à ma chérie. Bisou accompagné d’une petite claque sur son fessier et d’un clin d’oeil de connivence.Et je suis parti, laissant le pauvre homme seul avec ma tentatrice qui allait essayer de lui faire croquer la pomme.Elle:Quand tu es parti je suis allée demander à monsieur R si il avait besoin de quelque chose avant que je n’aie prendre ma douche. Il m’a seulement demandé si j’avais de vieux chiffons car il n’en avait pas assez et craignait de salir le carrelage.Je suis allée en chercher et les lui ai amené. Je voulais directement le tester, savoir si il était vraiment attiré par mes charmes. Alors, en entrant dans la pièce, j’ai laissé choir tout le paquet de chiffons. Je lui ai tourné le dos et me suis légèrement penchée pour les ramasser. Les jambes un peu pliées, le dos courbé, il avait droit à un spectacle chaud mais qui pouvait passer pour de l’inadvertance.Vivement je me suis retournée pour le surprendre, bien m’en a pris car j’ai eu la confirmation de ce que tu m’avais dit. Tentant de faire comme si de rien n’était il jouait avec ses pinceaux, mais son visage était rouge vif et révélateur.Je l’ai quitté en lui spécifiant que j’allais prendre ma douche, que si il avait besoin de quoi que ce soit il n’avait qu’à crier car je laisserais la porte légèrement entrouverte.Une fois dans la salle d’eau je me suis déshabillée et me suis saisie de mon bâton de rouge à lèvres. C’est à l’aide de celui-ci que j’ai mesuré l’ouverture laissée à la porte.J’ai déposé une serviette de bain que j’avais roulée afin d’empêcher la porte de s’ouvrir plus d’elle-même.Je suis entrée dans la cabine et me suis lavée.Lorsque j’en suis sortie, mon premier regard a été vers la serviette et j’ai constaté qu’elle avait reculé de quelques centimètres. La porte semblait toujours entrouverte de la même façon que celle où je l’avais laissée, mais …Mais: 1) ma serviette n’aurait su se déplacer d’elle-même. 2) mon bâton de rouge à lèvres avait du jeu dans l’entre-porte. Ces 2 signes me confortaient dans l’idée qu’une paire d’yeux avait dû passer par là.Forte de cette constatation, il ne me restait plus qu’à titiller le coquin.Que mettre sur moi ? Il fallait une tenue sexy, mais qui pouvait paraître innocente.J’ai opté pour la petite jupe écossaise, elle m’arrive à mi-jambes et se soulève au moindre souffle, dessous juste un petit string. Pour le haut, le T-shirt illegal bahis siteleri blanc qui est ultra moulant et sans soutien-gorge.Une fois habillée, maquillée et coiffée, j’ai pincé mes tétons pour les faire pointer un maximum. C’est ainsi que j’ai rejoint monsieur R au living.Je lui ai demandé si il souhait une tasse de café et, pour me répondre, il s’est retourné. Directement son regard s’est posé sur mes seins dont les bouts étaient plus qu’apparents.Il a balbutié un oui et je me suis dirigée vers la cuisine pour nous servir le café.Je suis revenue avec les 2 tasses sur un plateau que j’ai déposé sur la petite table de salon.Monsieur R avait pris soin de la recouvrir, ainsi que tous les meubles d’un plastique protecteur. Je me suis assise dans un fauteuil et il a pris place dans l’autre.Tandis que nous buvions et bavardions, je n’arrêtais pas de remuer, comme si quelque chose me dérangeait.- Excusez-moi, lui ai-je dit, le plastique est glissant et je n’arrive pas à bien m’asseoir.Il s’est levé et m’a proposé de le retirer, ce que j’ai accepté.Et alors qu’il le repliait j’ai commencé à secouer ma jupe en prenant soin de la faire voler tout en lui expliquant que le plastique m’avait donné chaud.Il riait un peu, mais d’une manière gênée et timide.- ” D’ailleurs j’ai les fesses toutes humides et je risque de devoir retourner me doucher” ai-je continué.- ” Mais là je risque de prendre froid car il semble il y avoir un courant d’air aujourd’hui”.Il me regardait et ne répondait rien.- ” Oui, tout à l’heure quand j’étais sous la douche un souffle de vent a ouvert la porte de la salle d’eau”.Toujours zéro réaction de sa part, mais un sourire malicieux se dessina sur ses lèvres.Je l’ai regardé et, souriante, ai continué:- ” A moins que ce souffle de vent aie été provoqué par un Eole coquin qui voulait mater une jeune femme sous sa douche”.Toujours espiègle j’ai ajouté que ce Dieu des vents n’avait pas de chance, que si il avait eu la parole il n’aurait eu qu’à demander pour en voir plus.- ” Ben oui, il aurait dû demander” dit monsieur R.Mais il m’avait énervée a rester aussi timide, beaucoup en aurait profiter pour me draguer ouvertement ou, tout au moins, me lancer quelques sous-entendus.J’ai donc décidé, puisque j’avais la journée devant moi, de le laisser un peu croupir tout en l’excitant au maximum.Pour ce, rien de plus simple. Pendant plus de 2 heures je n’ai cessé de prendre des positions qui dévoilaient mes jambes et mes cuisses. Alors que j’étais au téléphone avec ma soeur, je me caressais une cuisse comme si de rien n’était. Le plus souvent possible, et discrètement, je me pinçais les tétons pour bien les faire darder sous ma blouse avant de venir près de lui pour lui poser des questions.A midi, je lui ai proposé de partager mon repas. Ce n’était que quelques tranches de pain et de la charcuterie, mais c’est toujours plus agréable de ne pas manger seule lui ai-je dit.Et j’ai décidé de passer à la vitesse supérieure !Le repas terminé j’ai amené la conversation sur son métier, mais également de savoir si il savait tout faire dans une maison. Il m’a répondu que oui, enfin presque tout.- ” Votre femme a bien de la chance, mon mari n’est même pas capable de percer un trou dans le mur”- ” Oui, je suis un homme parfait” m’a-t-il dit en riant.- ” Je vais proposer à votre femme de vous échanger avec mon mari”, “mais elle ne serait sûrement pas d’accord” lui ai-je dit.- ” J’espère bien” a-t-il répondu, et il a continué en disant “quoique, peut-être qu’un jeune fougueux la changerait de son vieux”.- “D’abord, mon mari est bien loin d’être fougueux, ensuite vous n’êtes canlı bahis siteleri pas si vieux que ça”.- ” J’ai quand même 66 ans” dit-il- ” Et bien je parie qu’à 66 ans vous avez plus d’attention envers votre femme que mon mari envers moi. Si je vous disais que cela fait plus de 4 mois qu’il ne m’a plus touchée, je parie que vous ne me croiriez pas. Et pourtant c’est le cas”.- ” Pourtant je fais tout ce que je peux pour lui donner envie, je choisis toujours des tenues qui devraient plaire à un homme”. “Regardez cette jupe et cette blouse, c’est exprès pour lui que je les ai achetées. – ” Oui, répondit monsieur R, si ma femme s’habillait comme vous je ne pourrais résister”.Je me suis levée et me suis mise à tournoyer, ma petite jupe se soulevait et mes cuisses étaient livrées à ses yeux qui ne se privaient pas.- ” Peut-être est-ce ma peau qui ne lui plait plus, je ne sais que penser”.- ” A votre âge une peau est douce et désirable, ce ne peut être ça”.Je me suis assise face à lui et ai relevé ma jupe un peu plus qu’à mi-cuisses.- ” Puis-je vous demander de me toucher et me dire ce que vous en pensez, ainsi je serais fixée ? “Il hésita un peu puis déposa une main sur moi.- ” Franchement, je ne crois pas que votre peau soit responsable de l’indifférence de votre mari”.- ” Oui mais caressez un peu pour vous rendre mieux compte”.Il promena la paume de sa main sur quelques centimètres, descendant plus que montant.Décidément je devais tout faire !J’ai pris sa main et l’ai remontée un peu plus haut, puis encore plus haut. Arrivée à hauteur de mon string je l’ai regardé dans les yeux et lui ai reposé la question de savoir comment il trouvait ma peau.Enfin il s’est détendu et a compris où je voulais en venir.Votre peau est merveilleuse, douce et sensuelle, j’aimerais la parcourir en tous sens.Je me suis alors penchée vers lui et ai déposé mes lèvres sur les siennes.D’un doigt il a écarté le mini triangle qui faisait rempart et a introduit un autre dans ma chatte déjà humide.Nous sommes restés ainsi un certain temps puis je l’ai emmené vers la chambre.Il se débattait toujours avec sa salopette que j’étais déjà nue. C’est moi qui ai terminé de le déshabiller. Je suis restée sidérée à la vue de son sexe, le “vieux” avait quelque chose d’énorme entre les jambes !C’était trop tentant, je me suis agenouillée et l’ai directement prise en bouche. On parle toujours du peintre et de ses pinceaux, ici je veux parler de son “rouleau” !En bouche, je n’arrivais même pas à faire tourner ma langue autour par manque de place. Simplement des allées et venues qui, m’a-t-il semblé, avaient pour effet de le rendre encore plus volumineux. Alors j’ai reculé légèrement la tête et ma langue a pu s’amuser avec son gland. Monsieur R était tellement excité que je goûtais déjà à quelques gouttes de son divin liquide. Je me suis arrêtée, je n’avais pas envie qu’il gicle avant de m’avoir rendue heureuse.Nous nous sommes allongés et c’est lui qui est descendu entre mes cuisses. Sa langue avait du métier, elle connaissait ce qu’une femme apprécie. Puis il est remonté et a commencé à me besogner. La taille de son membre faisait que chaque partie de mon intérieur était à son contact, du pur bonheur.Le moment le plus “spécial” fut quand il me sodomisa, je pense que le voisinage à cru à un avion qui passait le mur du son tellement j’ai hurlé. Hurlé de plaisir, de jouissance.J’étais à 4 pattes, son sexe au fond de mon anus et ses doigts qui malaxaient mon clitoris. Je n’étais pas au septième ciel, mais plus haut, bien plus haut.Je ne sais plus combien d’orgasmes j’ai eu ce jour-là, mais ce furent plusieurs et de grande intensité.Moi:J’ai regretté de n’avoir su assister à cette baise d’enfer où ma salope a eu tant de plaisir, mais rien qu’en l’écoutant me la raconter j’ai éjaculé dans mon boxer. Il faut dire qu’elle a l’art et la manière de me narrer ses histoires d’un jour.

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Comment here